Un terril en feu dans la pinède !

Syndicat des Forestiers Privés du Gard

Parti du bord de la D184 à la limite du Gard et de l‘Ardèche au nord de Bessèges, poussé par de fortes rafales de vent vers louest et le sud, depuis plusieurs heures le feu fait rage sur le territoire de Bordezac en ce 7 juillet 2022Dès la fin d’aprèsmidi, il menace les habitations de Bordezac, dont les habitants sont évacués, tout en se dirigeant vers celles de Gagnières et Bessèges. Les importants moyens aériens et les hommes au sol, venus en renfort de tout le département et bien audelà, contiennent les flammes tant bien que mal et au petit matin en viennent finalement à bout.

30 / 01 / 2023

Aucune perte humaine et matérielle, mais d'autres conséquences...

La population est traumatisée mais aucune perte nest à déplorée, ni humaine, ni matérielle grave (maison), quoique certaines habitations, non débroussaillées, ont eu vraiment chaud !
Par contre plus de 600 ha de forêts ont été parcourus par le feu : essentiellement des futaies, perchis et gaulis de pin maritime mais aussi des peuplements de pin de Salzmann et des bouquets de châtaignier, chêne, robinier

Le constat est unanime : sans lefficacité des soldats du feu, le sinistre aurait pu être bien pire !
Pourtant… sournoisement une menace invisible progresse lentement : les racines dun arbre sec ont propagé le feu jusquau cœur du terril du Malagra Alers par les fumerolles séchappant du sol, les pompiers de Bessèges sont impuissants à maîtriser le brasier souterrain la température y dépassant les 200°.

Pendant un moment le défournage du terril est envisagé mais comment y faire accéder les énormes engins nécessaires à cette opération et surtout où prendre les milliers de m3 deau indispensables à la sécurité de lintervention. Un périmètre de sécurité est alors installé autour du terril dont la surveillance est quasi journalière par les pompiers et le propriétaire du terril. Les pins et robiniers (acacias), qui avaient colonisé le terril au fil du temps, tombent les uns après les autres leurs racines étant entièrement consumées par le brasier souterrain. Les derniers tombent au cours des premiers jours doctobre. Dès lors, les fumerolles sestompent peu à peu et la température décroit lentement. Il faut dire quil pleut copieusement en cet automne 2022.

Dès la minovembre, les fumerolles ont totalement disparu et la température, prise à la caméra thermique, nest plus que de 80°. Elle ne cesse de décroître et fin décembre, les pompiers et le propriétaire constatent quelle est redevenue normale. Il faudra cependant attendre que lété 2023 passe pour être totalement certain que le brasier souterrain est définitivement éteint.

Plus de peur que de mal pourraiton presque dire mais quand on sait que des centaines de terrils, plus ou moins riches en résidus de charbon, dorment sous les pinèdes cévenoles du bassin houiller éponyme et quils sont autant de bombes à retardement, ne seraitil pas temps davoir une vraie réflexion à leur sujet ? En termes de protection civile bien entendu (et cela est probablement fait par les services de la DREAL et de la Préfecture) mais aussi en terme sylvicole afin dadapter à ce péril sournois la forêt qui fatalement couvre les terrils, la nature ayant horreur du vide.

D'autres actualités

Forêt incendiée de Bordezac - Crédit Pays Cévennes
12 juillet 2022

Feu de forêt, que faire après ?

Après un incendie dans votre forêt, retrouvez les contacts pouvant vous conseiller
IMG_2117
26 janvier 2023

Une rencontre sur le bois local à Rousson

Le 3 novembre 2022, une rencontre à l’initiative de l’association Bois des Territoires du Massif CentralTM, des Communes forestières et du
Pesée de résine, par l'ASLGF du Chambon - 07/07/2022 - Crédits : Hélène LAMY
31 janvier 2023

Gemme le pin maritime des Cévennes

Une nouvelle micro-filière forestière autour de la résine de pin maritime se dessine en Cévennes…